À cette occasion, un morceau des saintes reliques du protecteur spirituel du séminaire, saint Vladimir, grand-prince croyant et juste, a été apporté de Kiev pour être offert à l’église des étudiants. De nombreux invités et anciens diplômés ont été invités, dont la délégation officielle de l’archidiocèse du Canada : Mgr Irénée de Québec, administrateur de l’archidiocèse ; le chancelier porteur de mitre, le protroprêtre Anatoly Melnyk ; et le protodiacre Nazaire Polataiko.

Pendant notre visite de New York, nous avons rendu visite à Son Éminence Mgr Hilarion, Premier Hiérarque de l’Église russe à l’Étranger. Son Éminence nous a chaleureusement reçus, d’autant plus que Mgr Irénée et lui sont amis depuis les bancs du séminaire et que nous nous étions déjà rencontrés auparavant.

Cathédrale du Signe

Son Éminence Mgr Hilarion avait déjà également visité notre paroisse à Montréal et a même béni une icône de l’Ange gardien spécialement peinte pour cette occasion. Dans la cathédrale du Signe-de-la-Mère-de-Dieu, sise dans un hôtel particulier dans la partie est de Manhattan à l’intersection de Park Avenue et de la 93e Rue, nous avons vénéré des reliques, pendant que Son Éminence, avec grande charité, nous entretenait de beaucoup de choses.

Portes royales de la cathédrale du Signe

Il s’est arrêté plus longuement devant les soutanes du saint père juste Jean de Cronstadt et du patriarche de Moscou et de toute la Russie Tikhon, devant le manteau du dernier empereur de Russie, saint Nicolas II, et devant beaucoup d’autres objets.

Soutane du hiérarque Tikhon, patriarche de Moscou

Soutane du saint juste père Jean de Cronstadt

Icône de saint Nicolas-le-Thaumaturge et manteau du dernier empereur de Russie, Nicolas II

Sans prévenir de notre arrivée, nous avons visité la cathédrale du Hiérarque-St-Nicolas-le-Thaumaturge – le siège épiscopal – et la résidence de l’archevêque Justinien de Naro-Fominsk, administrateur des paroisses patriarcales du Patriarcat de Moscou aux États-Unis. Celui-ci était absent, mais nous avions une grande envie de visiter la cathédrale parce que nous avions en mémoire l’incendie survenu récemment à la résidence (lien en russe). Cet incendie, causé par un fil électrique défectueux, s’était heureusement limité aux caves. La cathédrale et la résidence n’ont pas souffert du feu, mais dans la cathédrale même on sent encore une odeur de brûlé et il n’y a plus d’électricité.
La prochaine étape de notre visite fut le séminaire St-Vladimir, l’École supérieure de l’Église orthodoxe en Amérique. Très reconnaissant de notre visite, le chancelier du séminaire, le protoprêtre Chad Hatfield, nous a accueillis dans le Section administrative.

Église du séminaire

Partie centrale de l’iconostase de l’église du séminaire

Pour commencer, nous avons visité l’église des séminaristes, appelée chapelle des Trois Hiérarques. Nous y avons vénéré les reliques des trois saints, ainsi que celles de saint Vladimir de Kiev, prince croyant et juste, dont l’établissement d’enseignement porte dignement le nom.

Reliques de saint Vladimir de Kiev, grand-prince croyant et juste, évangélisateur de la Russie

Autel de l’église du séminaire

Les reliques furent transférées et offertes en la circonstance avec la bénédiction de Sa Béatitude Vladimir, métropolite de Kiev et de toute l’Ukraine. Elles furent apportées par Mgr Philippe, métropolite de Poltava.

Icône de la Synaxis des saints nord-américains

Nous avons visité les salles de cours et la bibliothèque très riche du séminaire, qui compte près de 142 000 volumes et un magasin de livres et d’icônes.

Le soir, au Glen Island Harbour Club, New Rochelle, NY, s’est tenue une somptueuse réception avec un souper grandiose, consacrée aux 75 ans du séminaire. Plus de 430 invités et participants se sont rendus à l’événement.

Réception et banquet à l’occasion du 75e anniversaire du séminaire

On leur a présenté l’histoire du séminaire, les étapes de son développement et les principaux personnages de son histoire : la direction ecclésiale, les professeurs, les théologiens et les simples diplômés. Mais justement, comme il en ressortait dans les présentations, il n’y avait pas de “simple diplômé” parce que chaque diplômé fait partie intégrante de l’histoire du séminaire et contribue à sa reconnaissance internationale. L’école a formé près de 1000 diplômés depuis sa fondation et 40 évêques la considèrent leur alma mater. Citons quelques noms : les métropolites Théophile, Leontius, Irénée, les théologiens Lossky, Schmemann, Meyendorff et notre contemporain Hopko. Près de 2,5 millions de dollars ont été réunis pour financer les divers programmes et projets.

Share Button
Print Friendly, PDF & Email